PIPOL

Présentation

Dès 1938 Jacques Lacan pose la famille humaine comme une institution[1]. Los frenéticos intentos de reducirla a un hecho biológico son una causa perdida que busca proteger el orden natural de lo real, particularmente en temas de reproducción y sexualidad. La ilusión de una supuesta familia natural ha estallado en pedazos desde que la ciencia tocó a la naturaleza y que lo real escapó, provocando un gran desorden en las estructuras tradicionales de la experiencia humana. C’est sur fond de ces impasses croissantes que Jacques-Alain Miller appelait en 2012 à une mise à jour de notre pratique analytique[2].

Les interventions de la technologie sur le vivant ont ainsi produit « des disruptions de plus en plus nombreuses et surprenantes dans les champs de la procréation, du genre et de la filiation »[3] nous mettant « en présence d’une fragmentation de la substance biogénétique de la parenté »[4]. Querer un niño confina a la reivindicación de obtener del mercado un producto disponible gracias a la ciencia. El diagnóstico previo a la implantación abre la puerta a un desequilibrio demográfico sin precedentes en la elección del sexo, e incluso a los peores intentos de eugenismo. El comercio de la concepción llama a una regulación. A la grande variété culturelle des systèmes de parenté repérés par l’anthropologie se substitue la diversité « des lois qui déterminent les faits de la nature propre à spécifier les relations de parenté »[5]. Comme psychanalystes nous ne pouvons dénier ce réel hors nature car « le refus d’accueillir ce fait dans le symbolique nous le renverra dans le réel de façon beaucoup plus menaçante »[6].

Para Freud el deseo de tener un hijo viene a la mujer como compensación fálica por lo que ella no ha podido obtener de su padre. Así, la equivalencia simbólica niño-falo instala la descendencia como sustitución del objeto perdido de deseo. C’est le cas le plus ouvert à nos interventions, relevait le Dr Lacan dans sa note[7], lorsque l’enfant ne vient pas saturer le mode de manque où se spécifie le désir du parent. Mais l’arraisonnement de la procréation par la technique dévoile toujours plus ce que la nature recouvrait pudiquement, « la fausse évidence du lien naturel et de l’universel du désir d’enfant”[8]. Ce que révèle la psychanalyse lacanienne c’est que le désir vient habiller un vouloir jouir particulier, ici de l’enfant. Même si les vieux discours continuent de soutenir qu’il ne faut pas toucher à la reproduction, à la sexualité ou à la famille au nom d’un dieu-père, ces tentatives de brider ainsi la jouissance ne résisteront pas à la reconfiguration du désir à l’œuvre dans des formes d’alliances inédites. Néanmoins « si la psychanalyse ne peut être l’instrument d’un conservatisme social […], elle ne peut souscrire à toutes les aberrations du désir »[9]. Le psychanalyste soutient la nécessité d’un désir incarné qui se révèle dans les soins particularisés du parentage – terme plus ajusté à notre époque que celui de maternage – noué à une formation humaine opérant un frein sur la jouissance[10]. Esta formación se encarna hoy en la noción de familia más que en la noción de un dios-padre. C’est une famille résidu, contraction de toute les formes de familles inventées au cours des siècles qui « met en valeur l’irréductible d’une transmission […] impliquant la relation à un désir qui ne soit pas anonyme »[11]. Il y a près d’un siècle Lacan relevait déjà que cette famille nucléaire ne dépendait pas des formes de parenté mais bien d’alliance[12]. Tendremos que explorar las nuevas formas de alianzas para detectar lo imposible que en cada caso constituye la base sintomática. Nous aurons aussi à explorer la façon dont les noms de père et de mère se trouvent aujourd’hui remaniés dans le monde du contrat qui ne connaît pas de limite[13]. « Devant ces remaniements très rapides de l’usage des noms, la psychanalyse et son discours sur le père et la mère, est convoquée à divers titres »[14], relève à son tour Éric Laurent. El parentesco se ve atrapado en un relativismo vertiginoso porque se define como un sistema jurídico separado de cualquier tradición histórica. Este recurso creciente al reconocimiento por la ley, ahí donde falta el reconocimiento simbólico, nos conduce a un mundo de normas dislocadas de un operador deseante encarnado. Así, lo que nos retendrá en primer lugar, son los usos de los nombres de parentesco propio de cada uno para construirse como ser sexuado. Le néologisme de parentalité témoigne de cette mutation, « signifiant unique qui vient remplacer père et mère, elle appartient à l’époque des uns disjoints et épars »[15].

Tener un hijo ofrece al padre « el objeto mismo de su existencia apareciendo en lo real »[16] que llama en vano al mantenimiento de una conversación permanente para asegurar la multiplicación de los operadores susceptibles de encarnar un deseo que ponga freno al goce.

El signo de interrogación de nuestro título cuestiona el querer que está en juego en la procreación. L’accent mis sur le désir de famille indique qu’on ne fait jamais un enfant tout seul, que sa venue s’inscrit nécessairement dans la pratique de lalangue où il échoit. Es a partir de esta inmersión en el lenguaje que el parlêtre interrogará retroactivamente el lugar en el cual ha alojado en la filiación.

Ya sea que provenga de una donación de óvulos, de la crioconservación de gametos, cigotos o embriones, posiblemente antes de un cambio de sexo, de una maternidad subrogada, de un útero de alquiler, de una selección predictiva de embriones o de una simple relación sexual, el ser vivo que resulta llevará siempre la huella del signo que lo vio nacer como cuerpo hablante, enigma de su llegada al mundo, misterio de la unión de la palabra y el cuerpos[17],[17], « faille du réel qu’aucune ingénierie biotechnologique ne saurait combler »[18]. C’est ce mystère que Pipol 10 s’emploiera à élucider, à partir de la parole analysante qui seule permettra d’opérer un aggiornamento des Complexes familiaux au XXIè siècle !

Dominique Holvoet


[1] Lacan J., « Les Complexes familiaux », Autres Ecrits, Paris, Seuil, 2001, p. 24.

[2] Miller J-A, « Le réel au XXIè siècle, présentation du thème du Ixè Congrès de l’AMP », La Cause du désir, 82, 2012, p. 90.

[3] Ansermet F, Prédire l’enfant, Paris, PUF, 2019, p. 10.

[4] Palomera V, « Comment le droit reconfigure les paternités », Mental, 18, 2006, p. 125.

[5] Palomera V, « Comment le droit reconfigure les paternités », Mental, 18, 2006, p. 126.

[6] Miller J-A, Audition de M. Jacques-Alain Miller au Sénat concernant l’ouverture du mariage aux couples de personnes du même sexe, présidée par Jean-Pierre Sueur, 12 mars 2013. Disponible sur senat.fr

[7]Lacan J., « Note sur l’enfant », Autres Ecrits, Paris, Seuil, 2001, p.373

[8] Laurent D., « Le désir d’enfant à l’heure de la science : incidences cliniques », Letterina, Bulletin de l’ACF Normandie, 63, juin 2014, p. 28.

[9] Laurent D., op. cit.

[10] Lacan J., « Allocution sur les psychoses de l’enfant », Autres Ecrits, Paris, Seuil, 2001, p. 364.

[11] [11] Lacan J, « Note sur l’enfant », op.cit.

[12] Laurent E., « Le Nom-du-Père entre réalisme et nominalisme », La Cause freudienne, 60, Paris, Navarin éditeur, 2005, p. 138.

[13] Miller J-A, Milner J-C, « Voulez-vous être évalué ? », Paris, Grasset, 2004.

[14] Laurent E., op. cit, p. 132.

[15] Brousse M.H., « Un néologisme d’actualité : la parentalité », La Cause freudienne, 60, Paris, Navarin éditeur, 2005, p. 123.

[16] [11] Lacan J, « Note sur l’enfant », op.cit.

[17] Miller J-A, « L’inconscient et le corps parlant », La Cause du désir, 88, 10/2014, pp. 109

[18] Miller J-A, « L’avenir de Mycoplasma laboratorium » , Lettre Mensuelle, 04/2008, n°267. – p. 11-15 11-15

ARCHIVES

#

précédents

$

suivants

Congrès PIPOL 10

Congrès PIPOL 10

Congrès européen de Psychanalyse
Bruxelles – 3 et 4 juillet 2021
Vouloir un enfant ?
Désir de famille et clinique des filiations

Congrès PIPOL 9

Congrès PIPOL 9

Congrès européen de Psychanalyse
Bruxelles – 13 et 14 juillet 2019
L’inconscient et le cerveau,
Rien en commun

Congrès PIPOL 8

Congrès PIPOL 8

Congrès européen de Psychanalyse
Bruxelles – 1 et 2 juillet 2017
La clinique hors-les-normes

Congrès PIPOL 7

Congrès PIPOL 7

Congrès européen de Psychanalyse
Bruxelles – 5 et 6 juillet 2015
Victime!
Comment y échapper ?

Congrès PIPOL 6

Congrès PIPOL 6

Congrès européen de Psychanalyse
Bruxelles – 6 et 7 juillet 2013
Victime!
Comment y échapper ?

Congrès PIPOL 5

Congrès PIPOL 5

Congrès européen de Psychanalyse
Bruxelles – 2 et 3 juillet 2011
La Santé mentale existe-t-elle ?